Accueil > Les programmes, la pratique et la méthodologie > Les formules adaptées à votre enfant > Approche de l’apprentissage de la lecture

Approche de l’apprentissage de la lecture

mardi 8 juin 2010

Les méthodes principales : la méthode syllabique et la méthode globale

Habituellement opposée à la méthode globale, la méthode syllabique ou « synthétique » s’appuie sur l’aspect phonétique de notre alphabet. Connue depuis l’Antiquité, elle consiste à maîtriser les lettres (graphèmes) et les sons (phonèmes) avant d’apprendre à les agencer en syllabes. Elle est souvent appelée « B-A, BA », où l’assemblage des lettres A et B, donnent la syllabe BA. En janvier 2006, le Gouvernement français a indiqué sa préférence pour l’usage de la méthode syllabique à entrée alphabétique.

La méthode globale ou analytique a vu le jour en 1787 dans les écrits de Nicolas Adam. Popularisée au début du XXè siècle, cette méthode d’apprentissage de la lecture consiste à reconnaître le mot lui-même et non pas les codes qui le composent. Elle est souvent utilisée pour l’apprentissage de langues construites sur des idéogramme, comme le chinois. L’application de la méthode globale a souvent fait l’objet de vives critiques en France. A cet égard, Stanislas Dehaene, professeur au collège de France relève son incompatibilité avec notre structure cérébrale.

Les autres méthodes expérimentées pour apprendre à lire

Depuis une trentaine d’années, la méthode mixte ou « semi-globale » est pratiquée par la plupart des pédagogues dans les écoles primaires françaises. Elle consiste à agencer les avantages de l’apprentissage analytique et synthétique. Généralement, les élèves apprennent plusieurs mots ou phrases par coeur avant d’analyser les différentes syllabes qui les structurent. Malgré le soutien de la Fédération nationale des orthophonistes, de nombreuses critiques sont adresées à la méthode mixte, comme sa contribution aux troubles dyslexiques et dysorthographiques.

Certains pédagogues se sont penchés sur la mise en oeuvre de méthodes nouvelles d’apprentissage de la lecture. En 1925, Célestin Freinet fonda la « méthode naturelle », qui s’appuie sur le phénomène d’hésitation expérimentale et les interférences entre l’individu et le groupe. La méthode « phonétique et gestuelle » a été expérimentée pour la rééducation des personnes sourdes et malentendantes. La méthode Bordesoules, quant à elle, a vu le jour en 1961 pour combattre la dyslexie. Elle réside dans l’association de lettres à des idéogrammes remplis de signification.

Répondre à cet article