Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Astigmatisme et myopie chez un élève

Astigmatisme et myopie chez un élève

vendredi 4 février 2011

Astigmatisme et myopie chez un élève : définition et manifestations

Dès l’école primaire, il est possible de rencontrer des problèmes de la vision chez un élève. Les plus connus sont la myopie et l’astigmatisme. De quoi s’agit-il ? la myopie est un problème de vue chez l’enfant provoqué par un œil trop long. L’image perçue par cet œil se place en avant de la rétine et l’enfant voit mal, tant de loin que de près. C’est une maladie héréditaire. Tandis que l’astigmatisme est un trouble de la vision qui déforme les objets perçus par l’œil victime. La vision de l’enfant en générale est détériorée et tout se confond de loin ou de près.

L’un et l’autre de ces troubles apparaissent généralement vers les 5 à 10 ans et se manifestent par des difficultés scolaires chez un élève. Comme, il ne voit pas très bien, il copie donc plus lentement et assimile beaucoup moins vite que ses camarades de classe. À la maison, il a du mal avec les devoirs, car les leçons sont toujours mal copiées et comportent des fautes d’autographes. Parfois, un élève victime de ces troubles de la vision est exclu, car il commet très souvent d’erreur même en jouant avec ses camarades. Non traités et mal suivi, la myopie et l’astigmatisme peuvent augmenter avec le temps et causer des problèmes non seulement scolaire, mais social.

Astigmate et myopie : soutien à l’élève victime

Bien évidemment, la solution à tous les troubles de la vision est la consultation d’un ophtalmologiste. Dès les premiers signes, l’enseignant doit prévenir les parents et leur conseiller de prendre rendez-vous chez un spécialiste. Il n’est pas toujours évident de savoir s’il s’agit bien de la myopie ou de l’astigmatisme. Seul un spécialiste peut déterminer ce qu’il en est. Après consultation, un enfant peut revenir à l’école en portant des lunettes ou des lentilles de contact. Dans ce cas, accompagner cet élève devient encore plus délicat qu’auparavant : surveiller ses cahiers, ses devoirs et le surveiller aussi bien lors de la récré.

Plusieurs techniques peuvent aider le parent et l’enseignant à accompagner et soutenir un élève victime de myopie ou d’astigmatisme. Le placer au premier banc en classe par exemple ou à une place dans la salle, lui donnant une meilleure vue sur le tableau. Vérifier chaque fin de classe ses prises de notes. Toutefois, il faut éviter de le privilégier par rapport au reste de ses camarades. Une attitude pareille peut provoquer chez l’enfant un sentiment de supériorité ou au contraire d’infériorité. Parfois, l’enseignant dans le souci d’aider l’élève, en fait trop et provoque chez certains élèves la jalousie face au problème de l’autre. Attention ! Accompagner un élève myope ou stigmate ne signifie donc pas le privilégier par rapport aux autres.

Répondre à cet article