Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Soutien psychologique > Echec scolaire, comment aider l’enfant à lever la pression ?

Echec scolaire, comment aider l’enfant à lever la pression ?

jeudi 6 janvier 2011

L’échec scolaire, pourquoi les enfants stressent-ils ?

À l’approche d’un examen, un enfant est souvent tendu, a du mal à trouver le sommeil, ou n’a pas d’appétit. C’est le stress scolaire. Plusieurs facteurs peuvent être définis comme cause de cet état de stress. Les systèmes d’enseignement, et surtout la réalité sociale et professionnelle dans lesquels vivent les enfants d’aujourd’hui sont des paramètres qui font qu’ils angoissent de plus en plus fréquemment devant toute forme d’échec. Cette situation peut apparaître dès le plus jeune âge, même en maternelle. Il faut avant tout prendre en compte le fait que chaque enfant apprend tout naturellement et à son rythme. Le plus important est qu’il le fasse avec plaisir.

Ce stress peut également provenir des parents eux-mêmes. Il est vrai qu’inciter son enfant à avoir de bons résultats traduit une attitude responsable des parents. L’enfant se sent donc soutenu. Cependant, attention à ne pas trop le stimuler. Sachez que la première source de motivation des enfants en quête de réussite est de susciter l’admiration de ses parents. S’il échoue, l’enfant appréhende la réaction des parents en pensant que s’il les déçoit, il ne sera plus aimé. Dans d’autres cas, car cela peut dépendre des enfants, cette stimulation peut être perçue comme un chantage ou un harcèlement. Ce qui les démotivera au fil du temps.

Que faire face au stress de l’échec scolaire ?

Il existe quelques moyens pratiques qui permettent de déstresser les enfants. Dans un premier temps, apprenez vous aussi à déstresser. Cela commence par venir des parents dans la mesure où leur angoisse peut se répercuter sur les enfants. Être anxieux pour l’avenir de son enfant est une réaction tout à fait normale. Cependant, sachez que d’éventuelles difficultés scolaires à l’âge de 7 ou 12 ans ne veulent pas dire que son avenir sera moins brillant. Après la première période d’examens et à la vue de ses notes, prenez rendez-vous avec ses enseignants pour mieux cibler ses difficultés, et ensuite l’aider de manière plus appropriée.

En cas d’échec, il est également essentiel de relativiser. Pour cela, essayez de faire comprendre à votre enfant qu’il peut arriver de ne pas toujours tout réussir. L’échec est donc normal et constructif. Dans ce sens, l’enfant apprendra la persévérance. Enfin, encouragez-le dans les matières où il a souvent de bonnes notes. Vous pouvez également l’aider en l’entraînant aux examens, à la maison. Pour ce faire, recréez les mêmes conditions qu’à l’école. Faites-lui faire des exercices pendant la même durée de l’épreuve à l’école, et en prenant le rôle du surveillant. Faites en sorte que la difficulté des exercices aille crescendo.

Répondre à cet article