Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Echec scolaire ou baisse de régime ?

Echec scolaire ou baisse de régime ?

mardi 8 mars 2011

Avoir une mauvaise note signifie-t-il être en échec scolaire ?

La notion d’échec scolaire est très complexe, car ce phénomène peut être causé par plusieurs facteurs sociologiques, psychologiques, pédagogiques ou parentaux. En France, plusieurs organismes, notamment l’inspection générale de l’éducation nationale ou IGEN, l’institut national de recherche pédagogique ou INRP, tentent d’évaluer le nombre d’élèves en échec scolaire en publiant plusieurs statistiques. Le cas est pourtant changeant, en fonction de l’historique de la vie scolaire de l’enfant et de la société dans laquelle il vit. La capacité scolaire d’un enfant est estimée selon ses résultats. Cependant, l’obtention d’une ou deux mauvaises notes ne signifie pas pour autant que l’enfant a raté sa scolarité. En effet, pour parler d’échec scolaire, il faut que les mauvaises notes soient observées dans toutes les matières et accumulées pendant au moins deux trimestres successifs. Le « fléchissement scolaire » est approprié à l’élève dont les notes, auparavant satisfaisantes, ont tendance à chuter. Le « retard scolaire » d’un enfant est quant à lui manifesté par un décalage de deux ou trois ans par rapport à la scolarité des enfants de son âge. Ces deux derniers cas tout aussi importants ne constituent en aucun cas un échec scolaire.

Comment ne pas démotiver un enfant en échec scolaire ?

L’échec scolaire entraine un certain degré de traumatisme chez l’enfant. Ce dernier se désintéresse peu à peu de l’école et finit même par décrocher totalement. Selon les statistiques, en France, 10% des jeunes désengagés ont quitté l’école en raison d’un échec scolaire. Conscient que ses résultats ne sont pas convenables, l’enfant en échec scolaire ne parvient plus à fournir l’effort nécessaire pour réussir, il lui arrive même de s’ennuyer pendant les cours. Il perd toute confiance en sa capacité. Un sentiment de culpabilité issu de cette chute d’estime de soi est la principale conséquence néfaste d’un échec scolaire. Si l’entourage de l’enfant, surtout les parents, ne remédie pas au plus vite à la situation, l’enfant ne se séparera pas facilement de ce bouleversement. Le système éducatif tient aussi un rôle important dans cette motivation. L’école a en effet, deux missions essentielles : bien éduquer l’enfant afin qu’il devienne un bon citoyen et l’aider à acquérir tous les savoirs nécessaires à la vie sociale. Les apprentissages doivent donc être assez distrayants tout en restant efficaces afin de stimuler les enfants et les pousser à faire un peu plus d’effort pour réussir leur scolarité.

Répondre à cet article