Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Enfant ambidextre, peut-on le forcer à devenir droitier ou gaucher (...)

Enfant ambidextre, peut-on le forcer à devenir droitier ou gaucher ?

mardi 1er mars 2011

Quand dit-on qu’un enfant est ambidextre ?

Un enfant est ambidextre lorsqu’il utilise à la fois sa main gauche et sa main droite pour tout ce qu’il entreprend. Habile des deux mains, il peut tout autant user de sa main gauche que de sa main droite pour écrire ou pour tenir sa cuillère. Cependant, cette forme de latéralisation ne s’en tient pas qu’aux mains. Elle concerne aussi toutes les fonctions motrices et perceptives de l’enfant comme le sens, l’ouïe et la vue. Cette latéralisation est associée aussi à la prédominance de l’hémisphère droit et gauche du cerveau.

Les études statistiques montrent que 85% de la population mondiale est droitière, 10% gauchère et le reste est ambidextre. Pendant longtemps, les enfants gauchers et ambidextres ont été mal vus par la société. D’autres associent même cet état comme étant un symbole du diable. Certaines institutions scolaires contraignaient les enfants gauchers à écrire de la main droite, ce qui contribuait à un dérèglement des fonctionnalités cérébrales de l’enfant, le plus souvent voué à l’échec scolaire.

Les enfants en bas âge, majoritairement ambidextres

Les enfants de 0 à 3 ans n’ont pas encore acquis une latéralité précise. Majoritairement ambidextres, ils suscitent souvent l’inquiétude de certains parents. Pourtant, il est essentiel de savoir que l’enfant a toujours une préférence pour un côté, mais qui s’acquiert au fil du temps et des années. Le développement psychomoteur d’un enfant se fait à une vitesse plus ou moins lente selon chaque individu. Certains enfants choisissent leur voie à l’âge de 7 ans, tandis que d’autres ne privilégient un côté qu’en classe de 6ème.

Tout dépend alors du choix de l’enfant, car c’est lui qui adopte peu à peu sa main de confiance, ainsi que ses pieds, son œil et les autres fonctions directrices de son corps. Le rôle des parents est donc de surveiller l’évolution de cette latéralité afin que cette absence de latéralité ne se prolonge pas. En effet, cette situation associée à une extrême maladresse dans la vie de tous les jours entraîne un dérèglement psychologique appelé « dyspraxie ». L’enfant éprouve une grande difficulté à coordonner ses mouvements et cela constitue un réel handicap pour sa scolarité.

Répondre à cet article