Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > L’échec scolaire, un phénomène très inquiétant

L’échec scolaire, un phénomène très inquiétant

vendredi 20 janvier 2012

Quelques chiffres relatifs à l’échec scolaire

En 2010, une étude menée par Trajectoires-Reflex montre des chiffres vraiment inquiétants à propos de l’échec scolaire. Sur un panel de 760 enfants, dont 568 collégiens et 192 primaires, 73,3% des élèves interviewés déclarent détester aller à l’école ou au collège ou du moins aiment peu l’école. Seulement 9,6% des enfants enquêtés affirment aimer être à l’école alors que 60% préfèrent rester à la maison. La raison est que, selon toujours l’enquête, 23,7% des élèves interrogés, soit le quart de l’échantillon, s’ennuient à l’école. À part cela, 52,8% déclarent avoir été victime d’une agression entre élèves en classe. En dépit de tout cela, plus de la moitié des élèves enquêtés affirment aussi n’avoir confiance en eux-mêmes.

Les conséquences de l’échec scolaire

Les effets de l’échec scolaire sont surtout psychologiques. En effet, le fait d’échouer pour un enfant l’entraine parfois à un sentiment de culpabilité, coupable de ne pas pouvoir réaliser les aspirations de la société et des parents notamment. Le fait de se sentir moins intelligent que les autres en classe aboutit souvent à un sentiment de doute, et parfois même à l’abandon. Une des conséquences fâcheuses de l’échec scolaire est aussi le trouble de comportement. Chez les enfants en bas âge, le trouble peut se présenter sous forme d’instabilité. Quant aux ados, le mensonge, le vol, les actes de vandalisme sont les comportements les plus souvent constatés. Les enfants victimes d’échec scolaire éprouvent parfois aussi un manque d’estime de soi. Parfois même, le phénomène peut conduire à des troubles et des manifestations psychosomatiques.

Vers la lutte contre l’échec scolaire

La première solution préconisée est la diminution du rythme scolaire. En effet, une journée scolaire peur démotiver les enfants. Pour ce faire, il faut que le programme journalier soit beaucoup plus flexible, notamment pour le début de la journée. Cela peut par exemple se traduire par la mise en place de temps de parole après l’accueil. La réduction de l’effectif des élèves constitue aussi un moyen efficace pour éviter l’échec scolaire. Il est toujours beaucoup plus facile de suivre une classe de faible effectif qu’une classe surchargée. Les élèves en difficultés à l’école doivent alors être suivis de près en leur apportant une aide systématique. Le taux de redoublement des élèves doit être aussi beaucoup plus réduit afin de les encourager.

Répondre à cet article