Accueil > Le soutien scolaire par niveaux > Le soutien scolaire au lycée > L’épreuve anticipée de français (E.A.F.), la connaître pour mieux (...)

L’épreuve anticipée de français (E.A.F.), la connaître pour mieux l’affronter

mercredi 13 juillet 2011

L’épreuve orale

L’épreuve anticipée de Français comporte une partie orale et une partie écrite. Pour l’épreuve orale, il est demandé au candidat de lire et d’exposer une sensibilité, une culture personnelle, de s’exprimer oralement et de dialoguer avec l’examinateur. Celui-ci s’appuiera sur le programme de l’année à travers un descriptif des lectures et activités. L’orale se déroule en deux phases, de dix minutes chacune notée sur dix : l’exposé oral d’un texte du descriptif et un entretien où l’examinateur pose des questions pour permettre un débat autour de l’extrait de texte choisi. Pour ces épreuves, l’élève doit apporter des réponses claires et argumentées.
Le candidat sera interrogé sur un texte ou un extrait de texte étudié en classe. Lors de l’épreuve orale, il doit ainsi se munir d’un exemplaire de descriptif des lectures et activités, de deux exemplaires du manuel utilisé en classe, des photocopies de textes étudiés qui ne sont pas dans le manuel, de deux exemplaires des œuvres intégrales étudiés. Aucune marque ni note personnelle ne doit figurer sur les documents apportés. Pour aborder l’épreuve orale en toute sérénité, l’élève doit par ailleurs vérifier sa convocation ainsi que son heure de passage. Il doit arriver en avance et se munir d’une pièce d’identité.

L’épreuve écrite

L’épreuve anticipée de Français comporte aussi une partie écrite de quatre heures. Les sujets à traiter se constituent alors d’un ensemble de textes nommé corpus qui peut être accompagné d’un document iconographique c’est — à — dire une photo ou une illustration... Il pourra être demandé au candidat de répondre à des questions sur celui-ci afin de saisir ses compétences de lecture, sa capacité à établir des liens entre les documents du sujet et de proposer des interprétations. Ensuite, un travail d’écriture est demandé. Il peut être un commentaire, une dissertation ou une écriture d’invention (un article, une lettre, un monologue, un dialogue, un discours ou un texte argumentatif).
Pour le travail d’écriture, les sujets sont en rapport avec le corpus proposé. Dans le cas où aucune question n’est posée sur ce dernier, l’écriture d’invention est alors notée sur 20 pour toutes les séries. Dans le cas contraire, elle sera notée sur 16 pour les séries générales et sur 14 pour les séries technologiques. Comme pour l’épreuve orale, assurez-vous la veille de votre examen d’être bien en possession de votre convocation en ayant bien vérifié le lieu et l’heure exacte des épreuves. Le jour J , veillez à arriver en avance, la convocation en main muni d’une pièce d’identité.

Répondre à cet article