Accueil > Les programmes, la pratique et la méthodologie > Les formules adaptées à votre enfant > L’importance d’une bonne alimentation

L’importance d’une bonne alimentation

mardi 25 janvier 2011

De bonnes habitudes alimentaires

Les préférences alimentaires de l’enfant s’installent dès le plus jeune âge, mais sont également dictées par l’approche éducative parentale. L’enfance est la meilleure période pour apprendre à l’enfant à adopter de bonnes habitudes alimentaires. À partir d’un an et demi, un enfant peut quasiment tout manger, mais en quantités adapter à son âge. À quatre ans, étant en pleine possession de son sens du goût, ses habitudes alimentaires s’inscrivent sur la durée. Mais il ne faut pas s’étonner si à 6 ans, l’enfant rejette du jour au lendemain un aliment ou refuse de goûter de nouveaux aliments : c’est la néophobie. Entre l’âge de 2 et 7 ans, les parents rencontrent le plus de difficultés à assurer la diversité de l’alimentation, car l’enfant se focalise essentiellement sur sa satisfaction personnelle. Mais pour les parents, il est essentiel de comprendre qu’une alimentation variée est capitale pour le bien-être de son enfant. Un adolescent mal alimenté, privilégiant les graisses, risque de développer une obésité préjudiciable une fois à l’âge adulte.

Principes élémentaires d’une bonne alimentation

Pour l’enfant, comme pour toute personne, manger c’est avant tout répondre à un besoin physiologique. Pour se développer, le corps a besoin d’apports énergétiques fournis par les glucides (4 Cal/g), les protides (4 Cal/g), les lipides (9 Cal/g). Ces apports doivent être complets et équilibrés : 12 à 15% des calories protidiques, 30 à 35% des calories lipidiques, 50 à 65% des calories glucidiques. Certains principes élémentaires sont à adopter quand on veut que son enfant mange bien. Si on lui donne plus que ce dont son corps a besoin, il grossira, et les calories inutiles se transformeront en graisses. Par contre s’il ne mange pas assez pour couvrir ses besoins, il entamera ses réserves et il maigrira. À terme les conséquences sur l’organisme peuvent être très graves : fonte musculaire, retard de croissance, retard de développement intellectuel, fatigue générale et prédisposition aux maladies.

Alimentation, santé et croissance d’un enfant

L’enfant a besoin en général de 2 500 à 2 900 kcal par jour. S’il a besoin d’autant d’énergie, c’est pour sa croissance. C’est pourquoi il est essentiel qu’il mange régulièrement et en quantité suffisante. En cas de carence, la part destinée à assurer la croissance sera fortement diminuée, ce qui nuira à sa santé. À chaque repas, on peut donner à l’enfant, des céréales, féculents et laitage. Ceux-ci sont des aliments indispensables au bon fonctionnement cérébral et à la croissance de l’organisme. Au petit déjeuner et au dîner il est conseillé d’inclure légumes frais, qui apporteront minéraux, fibres. Les fibres sont bien utiles pour une facilitation de la digestion. La viande, du poisson ou un œuf en petite quantité sont à servir pour le déjeuner du midi et le dîner. Ceux-ci apportent des protéines, des vitamines et du fer. Ne pas oublier les fruits, qui apportent aussi des fibres et des vitamines, notamment les vitamines A, C et E. En effet, il n’y a pas de secret, pour bien grandir il faut bien manger.

Répondre à cet article