Accueil > Le soutien scolaire par matière > La natation à l’école

La natation à l’école

jeudi 12 août 2010

Du XVIIIe siècle aux années 60

Mentionnée dans les programmes d’éducation à partir du XVIIIe siècle, la natation n’a jamais pu percer pour des raisons diverses. Par exemple, le manque de personnel qualifié et l’absence de formation des maîtres nageurs la pénaliseront pour longtemps. Vers la fin du XIXe siècle, c’est l’enseignement à la façon militaire qui était en vigueur. Celui-ci se divisa en deux étapes : l’apprentissage des mouvements à l’extérieur et la pratique dans l’eau. À l’époque, c’est la brasse qui est enseignée et la seconde étape de la formation ne fut presque pas appliquée faute d’infrastructure. La natation est une activité de gymnastique de base.

De 1960 à nos jours

Favorisant l’hygiène et la santé, la natation d’avant les années 1960 faisait la part belle à la théorie. Mais avec la construction d’infrastructures adéquates et la création de matériels pédagogiques fonctionnels, l’enseignement de la natation dans les écoles n’a cessé de s’améliorer. De plus, les esprits s’ouvrent à de nouveaux objectifs, les démarches adoptées sont aussi différentes. Aussi l’enseignement magistral fut-il abandonné au profit d’une pédagogie participative et active. Les sports institutionnels sont désormais des matières enseignées comme les autres matières. Les activités aquatiques, la natation en particulier participe ainsi à l’éducation globale de l’enfant afin qu’il acquière des compétences spécifiques.

Les réglementations en vigueur

À l’instar des autres activités d’éducation physique et sportive, l’encadrement lors des séances de natation et des activités aquatiques en général est assuré par l’enseignant d’Éducation Physique et Sportive (EPS). La qualification de ce dernier est régie par l’article L. 363-1 du code de l’éducation (loi n° 2003-339 du 14 avril 2003 art. 4 VII, Journal officiel du 15 avril 2003 et loi n° 2003-708 du 1er août 2003 art. 6, Journal officiel du 2 août 2003). En pratique, il faut trois adultes qualifiés pour une classe de maternelle, et deux pour une classe élémentaire. Enfin, des procédures de travail propres à limiter les risques doivent être mises en place.

Répondre à cet article