Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > La punition à l’école, est-ce toujours efficace ?

La punition à l’école, est-ce toujours efficace ?

lundi 20 décembre 2010

La punition à l’école, de l’importance de la communication

Les enfants viennent à l’école pour recevoir de l’instruction, mais également une éducation. La tâche de l’enseignant ne se limite pas uniquement à la transmission de connaissances. Quelle que soit la matière dont s’occupe un enseignant, ce dernier est toujours tenu de contribuer à l’éducation de ses élèves. L’autorité de l’enseignant est mise à l’épreuve face à un enfant désobéissant, turbulent. Spontanément, de nombreux enseignants optent pour la punition.

La punition ne doit cependant pas être la première réponse au refus d’un enfant d’obtempérer. Force est de privilégier la douceur, l’écoute et la communication. L’enseignant peut par exemple retenir l’enfant quelques minutes après le cours, lui poser des questions quant à son attitude, lui faire comprendre que son comportement n’est pas exemplaire… La convocation des parents peut s’avérer nécessaire. Ceci permettra à l’enseignant de mieux connaître les traits psychologiques de l’élève en question. Les organismes de soutien scolaire exigent de leurs enseignants cette capacité d’écoute et de communication. Ceux-ci constituent d’ailleurs la meilleure manière d’aboutir à une personnalisation de l’enseignement.

La punition à l’école, une punition adaptée à l’erreur commise

Il arrive cependant que la communication et l’écoute ne donnent pas de résultats satisfaisants, quand bien même l’enseignant s’y adonnerait avec application. Dans la majorité des cas, le problème ne relève pas tant d’un trouble psychologique chez l’enfant. Il émane tout simplement de la volonté de l’enfant à tester l’autorité de l’enseignant. Dire à l’enfant que ce qu’il vient de faire est mauvais n’est pas suffisant. Il est quelquefois nécessaire de le soumettre à une punition. Ceci, pour qu’il accepte l’autorité de l’enseignant, mais également, pour qu’il sache que toute erreur est passible de sanction.

Veillez à ce que la punition choisie soit convenable au type de bêtise commise par l’enfant. S’il ne termine pas ses devoirs, gardez-le en classe 30 minutes et faites-lui faire un devoir du même type. Si l’enfant frappe ses petits camarades, ne le laissez pas sortir durant la recréation. Il comprendra ainsi qu’on a tous besoin les uns des autres. S’il est trop bavard en classe, donnez-lui un sujet d’exposé afin qu’il puisse s’exprimer à haute voix, dans l’intérêt de tout le monde. Comprenez ainsi que la punition ne doit pas être une forme de violence, mais plutôt un moyen de conscientisation.

Répondre à cet article