Accueil > Les programmes, la pratique et la méthodologie > Les formules adaptées à votre enfant > La scolarisation d’un enfant hyperactif.

La scolarisation d’un enfant hyperactif.

mercredi 26 janvier 2011

Comprendre l’enfant hyperactif

L’hyperactivité est définie comme un regroupement de symptômes : des difficultés à se concentrer, une impulsivité marquée et une agitation incessante. L’enfant hyperactif est inattentif. Ne portant pas attention aux détails, il fait des fautes d’étourderies dans ses devoirs. Il écrit et lit très mal. Il a particulièrement de la difficulté à organiser ses travaux et déteste naturellement tout ce qui nécessite un effort mental ou physique soutenu. Facilement distrait, il a besoin de calme pour travailler et ne peut travailler longtemps. L’enfant hyperactif est également impulsif et agité. Il se lève souvent en classe, parle trop, a du mal à attendre son tour et interrompt les autres ou impose sa présence. Il peut également se blesser par sa tendance à courir et grimper partout.

Souvent qualifié d’élément perturbateur, l’enfant hyperactif a beaucoup de mal à suivre la discipline imposée par son professeur et présente dans la quasi-totalité des cas des problèmes d’apprentissage à l’école. Une scolarisation normale est impossible pour l’enfant hyperactif sans le soutien psychologique et éducatif nécessaire. Le risque est évident que l’enfant décroche en classe. Et outre l’aide d’éducateurs spécialisés, les parents doivent aider leur enfant pour les apprentissages de base. L’hyperactivité n’est pas une fatalité pour l’enfant. S’il est diagnostiqué à temps, ce trouble du comportement pourra être pris en charge par des soins médicaux.

Soutenir l’enfant hyperactif

La bonne intégration à l’école d’un enfant hyperactif est tout à fait réalisable. Par exemple, il serait bien qu’il soit mis près du bureau de l’enseignant afin de limiter les sources de distraction et faciliter sa concentration sur les explications ou les travaux à faire. Le plan de travail devrait aussi prévisible que possible. Si modification il y a, un temps de préparation est nécessaire. Il serait également bon pour l’enfant d’avoir des prétextes qui lui permettent de bouger sans trop déranger les autres. Il faudrait primer la qualité et non la quantité pour ses devoirs, lui fournir une feuille avec des indications précises pour les effectuer et lui donner l’exercice corrigé.

Les parents jouent un rôle primordial pour le soutien d’un enfant hyperactif, qui a du mal à se concentrer. Pour les devoirs, on l’aidera donc en procédant par étapes simples et par de petites séances répétitives. L’enfant a également besoin d’un cadre de vie et de travail calme : on évitera donc tout ce qui est source de grands bruits (musique bruyante, jeux ou films trop agités, fêtes fréquentes, querelles à domicile...). Enfin, bien que la mauvaise conduite de l’enfant hyperactif ne soit pas délibérée, il risque souvent d’être sujet de réprimandes ou de moqueries et donc de souffrir d’un manque de confiance en lui : il sera donc motivé par des encouragements à chaque réussite et on évitera de s’étaler sur ses erreurs.

  • Le 8 mars 2011 à 12:00, par Lorraine5485

    Bonjour
    J’ai une petite fille (dont les parents sont séparés) qui souffre d’hyperactivité elle est traitée par ritaline pendant les périodes scolaires
    Mon ex-belle fille vient de subir une IMG le bébé était atteint de trisomie et le situation s’est encore aggravée pour Laura qui n’a pas admis " la mort de son petit frère "
    Je recherche pour ma petite fille Laura un internat dans lequel elle pourrait retrouver un peu de calme car sa maman n’arrive pas à faire le deuil de ce bébé et la tension nerveuse est à son comble à la maison
    J’attends votre réponse comme une bouée de sauvetage pour Laura qui habite en Vendée près de La Roche sur Yon
    Elle est en 6ème SEGPA elle a de bonnes notes 14,9 de moyenne et de bonnes appréciations des enseignants
    Merci pour avoir pris le temps de me lire

    Répondre à ce message

Répondre à cet article