Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > La timidité peut handicaper votre enfant à l’école, comment l’aider (...)

La timidité peut handicaper votre enfant à l’école, comment l’aider ?

mardi 26 janvier 2010

Les raisons de sa timidité

Un enfant timide est un enfant normal, comme tous les autres de son âge. A la maison, il est généralement à l’aise. Il participe activement à toutes les activités proposées, il est joyeux, arrive toujours à placer un mot dans une conversation et n’a aucune difficulté à poser des questions. Un enfant timide ne se retient pas pour raconter les anecdotes vécues en classe, cependant, il fait moins souvent allusion à ses copains. Sorti du cocon familial, il devient une toute autre personne. Il n’ose pas regarder quelqu’un en face, trouve du mal à dire bonjour, se cache derrière sa mère, rougit, il murmure ses réponses quand une question lui est posée… En classe, c’est celui qui ne lève jamais la main, même s’il connaît les réponses.

Les origines de sa timidité peuvent être multiples. Généralement, un enfant timide n’a pas confiance en lui, pourtant il veut toujours exceller dans ce qu’il entreprend. Il a surtout peur de tout bâcler et de ne pas faire plaisir. La contradiction le torture : il veut réussir et pourtant il a peur. En réaction, il se retire, évite les regards et les conversations. Il s’isole dans son coin. Les situations ne sont pas toujours en sa faveur. Quand la maîtresse lui demande de prendre la parole, il perd ses moyens et devient la risée de ses camarades de classe. Sa timidité se renforce et il se fera encore moins d’amis. L’enfant d’un timide risque fort d’être timide, mais il s’agit davantage d’une question d’éducation que d’un problème d’hérédité.

Comment aider son enfant à affronter la timidité ?

Un enfant timide doit être accompagné, surtout pour qu’il réussisse dans sa scolarité. En effet, les timides sont parfois si sages dans leur coin que les enseignants les oublient, les hyperactifs étant leur préoccupation majeure. Les parents ont également tendance à vouloir les bousculer coûte que coûte, n’admettant pas facilement le refus de leur enfant d’aller vers les autres. Certains, comprenant le caractère de leur enfant, veulent trop bien faire, et les poussent sans arrêt à affronter la peur et ne font au final que renforcer la timidité de leur enfant. Les phrases typiques telles que « vas-y, avance, personne ne va te manger » ou « arrêtes de faire le bébé » ne feront qu’accroître son anxiété. L’enfant se sentira mal compris.

Les parents sont les mieux placés pour aider leur enfant à combattre la timidité. Ne le brusquez surtout pas, le timide a besoin de plus de douceur que les autres enfants. Faites-lui comprendre que vous êtes conscient de sa peur, que certaines situations vous intimident également, mais que cela va passer avec le temps. Plus que les autres, il aura besoin d’être félicité quand il réussit. L’encourager dès qu’il « commence » à réussir l’aide à prendre davantage confiance en lui. Evitez surtout les comparaisons, les critiques en public, les moqueries… Pensez toujours qu’il est sensible aux paroles et tout ouï dès que des adultes dialoguent. Demandez-lui d’aider les autres, les plus petits et les moins à l’aise. Il se sentira en confiance.

Répondre à cet article