Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > La violence entre les élèves

La violence entre les élèves

lundi 14 février 2011

La violence entre les élèves : les causes et les manifestations

La principale cause de la violence entre les élèves est la différence. Quand un enfant se montre différent : par son comportement, ses attitudes et aptitudes en classe, ses camarades de classe vont naturellement se demander pourquoi et si on ne leur en donne pas une explication, ils vont commencer à se moquer de lui, à le pointer du doigt. Réaction tout à fait normale selon les psychologues, car ils ont simplement curieux de ce qui ne leur ressemble pas. Toutefois, pour celui qui est différent, la situation est telle qu’il ne supporte plus de venir en classe, il s’isole et devient très vite le pariât de tout l’établissement.

La manifestation la plus connue de la violence entre les élèves est le bullying. Plus de 20 % des élèves en France sont aujourd’hui victimes de ce phénomène. Il s’agit d’une violence perpétrée par un groupe d’élèves sur un enfant considéré comme différent : des injures, des moqueries, des calomnies... telles sont les habituelles méthodes employées, mais dans les cas les plus graves, l’enfant dominateur peut en venir à des coups physiques sur sa victime. Au secondaire, le bullying est beaucoup plus la manifestation d’un racisme. C’est un sujet qui tyrannise bien des spécialistes de nos jours, car le phénomène ne cesse de s’aggraver.

La violence entre les élèves : conséquences et solutions

Un enfant victime de violence physique ou morale de la part de ses camarades de classe manifeste petit à petit des difficultés scolaires et finit par décrocher totalement l’école. Au début, il peut se réfugier dans la solitude ou l’indifférence, mais au fur et à mesure que les agresseurs multiplient leur persécution, il va s’absenter et avoir de moins en moins de bonnes notes. Les enseignants s’aperçoivent du problème tardivement et souvent ils n’associent pas les difficultés à un problème d’intégration, mais plutôt à un manque de volonté. Au lieu de discuter avec l’enfant de la situation, ils vont exiger plus d’effort de la part de ce dernier.

En tant que parent et enseignant toutefois, il est de votre devoir de prévoir le problème d’intégration pour chaque élève. Les parents doivent parler avec l’enseignant en cas de différence chez leur enfant pour que celui-ci puisse l’aider et préparer toute la classe à la situation particulière. Si malgré les précautions un enfant se trouve encore victime d’une violence, le mieux est de discuter en tête à tête avec les deux parties : demander les raisons des agressions et expliquer ensuite à chaque enfant les dangers que représente pour l’un et l’autre de telles violences. De récentes études avaient montré que face à l’évolution technologique, les jeux vidéo, etc.Les enfants d’aujourd’hui sont naturellement violents même s’il n’y a pas de différence... Les sanctions restent alors les meilleures des alternatives.

Répondre à cet article