Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Que faire en cas de second redoublement ?

Que faire en cas de second redoublement ?

mardi 1er février 2011

Second redoublement : rester serein et ne pas banalisant la situation

Le redoublement n’est jamais une partie de plaisir pour les parents et encore moins pour l’enfant. Mais quand il redouble une deuxième fois, la situation devient vite dramatique... Cette fois-ci, c’est vraiment un échec, l’enfant se sent misérable et vous ne faites qu’aggraver la situation en le culpabilisant. Le mieux est de prendre les choses en mains, se dire qu’il y a vraiment des difficultés à surmonter. Une aide extérieure peut être très utile : consulter un professionnel par exemple, discuter avec les professeurs, l’enfant lui-même et déterminer ensemble les facteurs indéniables du problème.

Quand tout le corps enseignant s’accorde à dire que l’enfant a besoin de passer encore une année dans la même classe, en tant que parent vous devez étudier de près les raisons. Peut-être ont-ils vraiment raison ? D’ailleurs, vous connaissez plusieurs proches qui ont doublé, triplé leur 3e et qui aujourd’hui s’en sortent très bien ! Convaincus des bienfaits d’une année de plus, essayez de rester serein sans pour autant banaliser le problème. Un second redoublement est très souvent perçu comme une punition, mais le mieux est de rassurer l’enfant, de parler de personnes connues, ayant vécu la même situation et qui ont bien réussi.

Second redoublement : refuser que l’enfant redouble encore une fois et discuter des solutions avec les enseignants

Cependant, plusieurs spécialistes disent aujourd’hui que les difficultés peuvent être surpassées. Donc, il n’est pas toujours nécessaire de faire redoubler un enfant, notamment en primaire. Les débats ont commencé en 2004, d’après le rapport du Haut Conseil de l’évaluation de l’école, stipulant la non-nécessité du maintien en primaire. L’année suivante, la Direction de l’évaluation et de la prospective de l’éducation Nationale confirmait ce rapport. Aujourd’hui donc, les parents peuvent très bien refuser que leur enfant redouble et encore moins qu’il subisse un second redoublement en primaire.

Même en secondaire, la décision revient toujours aux parents : s’ils ont accepté le premier redoublement, ils peuvent contester le second. La solution est toujours de discuter avec les enseignants de vraies difficultés de l’enfant. Étudier ensemble des possibilités de les combler sans avoir à redoubler encore une fois. Les questions capitales à se poser sont : pour quelle matière, les difficultés sont-elles les plus élevées ? Utilise-t-il une méthode de travail efficace ? Comment se comporte-t-il en classe ? Bref, quand un enfant redouble encore une fois, il est important de discuter avec lui pour déterminer le vrai problème, parler ensuite avec les enseignants d’une possibilité de combler les lacunes sans avoir à redoubler.

Répondre à cet article