Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Que faire si votre enfant souffre de problèmes de concentration (...)

Que faire si votre enfant souffre de problèmes de concentration ?

mercredi 16 septembre 2009

À quoi reconnaît-on un enfant souffrant de problèmes de concentration et de mémorisation ?

En classe ou à domicile, un enfant souffrant de problème de concentration n’arrive pas à focaliser son attention sur les exercices à faire, ou sur les leçons à apprendre. Celui-ci se laissera facilement distraire par son environnement et aura beaucoup de mal à terminer les tâches qui lui sont confiées. Quant à problèmes de mémorisation, ils peuvent se manifester par l’incapacité de l’élève à mémoriser les tables de multiplication, ou à réciter les règles de grammaire par exemple. Il arrive aussi que l’enfant fasse régulièrement des fautes et des erreurs d’inattention. Un élève souffrant de ces difficultés d’apprentissage manque souvent aussi de méthodologie de travail.

Quels sont les impacts des problèmes de concentration et de mémorisation sur la scolarité d’un enfant ?

Les problèmes de concentration et de mémorisation chez l’enfant sont souvent difficiles à déceler, particulièrement pour les parents. Dans la majorité des cas, ceux-ci ne s’en rendent malheureusement compte qu’aux vues des punitions fréquentes, des résultats scolaires médiocres, ainsi que des redoublements répétitifs. Non décelés à temps, ces troubles de l’apprentissage peuvent pourtant à long terme être handicapants pour l’enfant et compromettre ainsi le bon déroulement de son parcours scolaire. Sans oublier que les problèmes de mémorisation et de concentration chez un élève peut-être également les symptômes d’une hyperactivité non diagnostiquée.

Quel soutien apporter à un enfant souffrant de problèmes de concentration et de mémorisation ?

Être distrait et manquer de sérieux sont courant chez les élèves, surtout pour ceux en école primaire et au collège. Vous ne devez vous en inquiéter que si ceux-ci ont des répercussions sur les résultats scolaires de l’enfant. Si c’est le cas, vous devez tout de suite vous rendre chez un ergothérapeute. Seul ce spécialiste du mode de fonctionnalité de l’individu, pourra diagnostiquer ces problèmes d’apprentissage et apporter ainsi les solutions adéquates à la situation de l’enfant. En parallèle, un soutien scolaire à domicile est également fortement conseillé pour un suivi régulier de la scolarité de celui-ci.

  • Le 27 septembre 2013 à 15:06, par SYLVIE

    Bonjour,
    J’ai une fille de 10ans, elle a subit une opération crânienne suite à une hématome sous durale
    Elle n’a pas de concentration, elle est nerveuse, elle est toujours la dernière de la classe
    Que doit-je faire pour elle ?
    Aide moi svp parce que je suis en grande difficulté
    En plus physiquement elle a des séquelles
    incorrigible jusqu’à maintenant

    Merci pour votre conseil

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2013 à 02:17, par hasna

    Salut ! Je Mme Eddehbi et j’ai bien lu votre article et ça m’intéresse beaucoup car moi aussi j’ai mon fils au Cp et souffre aussi de la manque de concentration. Je compte lui ramener chez un pédopsychiatre en premier lieu pour lui diagnostiquer.Ma question :comment puis-je expliquer ça à sa maîtresse ? Comment doit elle se comporter avec lui en classe tout en sachant qu’il y’a 23 autres élèves en classe ? Merci et je voudrais bien une réponse plus précise s’il vous plaît.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2013 à 23:37, par you

    « Bonsoir
    ma fille de 11 ans présente ce cas de manque de concentration
    ca ce voit sur les résultats scolaires
    n ’arrive pas à faire bien les devoires
    elle oublie bcp
    elle présente un cas de transaminasse auto umine
    que faire quel médecin spéciale pourrais je contacter
    si c est pas nécessaire que faire

     »

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre 2013 à 22:36, par zaynab

    comment aider cet enfant pour pouvoir suivre ses études cas d’un ados de 14 ans

    Répondre à ce message

Répondre à cet article