Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Scolarité et bégaiement chez l’enfant

Scolarité et bégaiement chez l’enfant

lundi 9 août 2010

Le bégaiement peut nuire gravement à la scolarité d’un enfant

Le bégaiement chez l’enfant peut être source de problèmes scolaires si aucun accompagnement n’est entrepris par son entourage ou si ce trouble de langage n’est pas identifié. Le bégaiement peut perdurer ou au pire s’accentuer, avec des conséquences plus ou moins graves, pouvant même handicaper sa vie professionnelle. Dans la majorité des cas, la scolarité est une étape difficile dans la vie d’un enfant ne pouvant pas parler sans bégayer. Il lutte à sa manière contre un trouble qu’il ne comprend pas. Tiraillé entre l’envie d’être comme les autres et ses sentiments de honte et de culpabilité, l’enfant peut perdre confiance. Il s’affirmera avec beaucoup de difficulté dans la société faisant tout pour ne pas prendre la parole en public.

Par exemple, il n’est pas rare de rencontrer des cas où un enfant donne une mauvaise réponse pour éviter de bégayer en public. À la question « combien font 2 fois 2 », un enfant de neuf ans aurait répondu 8, selon le récit d’un enseignant. L’élève ne voulait tout simplement pas buter sur le « qu » de « quatre », et a préféré le rire de la classe à la bonne réponse. À long terme, l’enfant victime du bégaiement peut se renfermer sur lui-même et limiter les opportunités éducatives. Il préfère généralement se taire et partage rarement ses idées. Il fera tout pour éviter des situations pouvant l’obliger à parler. Si les causes d’un bégaiement peuvent varier largement d’un enfant à un autre, accompagner convenablement un enfant qui bégaye dans sa scolarité est la solution à adopter.

Le bégaiement chez l’enfant : comment l’accompagner dans sa scolarité ?

Il faut en premier lieu fixer un objectif : encourager l’enfant à exprimer ses pensées sans trop de difficultés. Le plus important est d’aider l’enfant à se défaire de son isolement, puisqu’il ne pourra résoudre son problème d’élocution qu’en affrontant les situations où il doit parler. Dans la majorité des cas, pour 3 enfants sur 4, le bégaiement se résorbe naturellement après l’adolescence sans aucun accompagnement. Cependant, dès que les signes de bégaiement se manifestent, entre 2 ans et demi et 7 ans, il ne faut pas hésiter à consulter un orthophoniste. D’autant plus qu’il est difficile de reconnaître un trouble pouvant disparaître sans traitement d’un autre. Des adresses d’orthophonistes spécialisés peuvent notamment être fournies par l’Association Parole Bégaiement.

De votre côté, parents ou enseignant, vous pouvez apporter votre contribution afin que le bégaiement de l’enfant ne dérange pas sa scolarité et pour qu’il puisse s’épanouir normalement. Si vous êtes enseignant, en parler à ses parents est la première étape à franchir. Cela vous aidera à retracer l’historique du bégaiement de l’enfant et définir ensemble une démarche à adopter. Si vous êtes parents d’un enfant qui bégaye, travaillez également avec son enseignant. Discutez ensuite en privé avec l’enfant, sans insister s’il ne souhaite pas le faire, et rassurez-le. Soyez toujours attentif à ce qu’il dit, soyez patient, ne le bousculez jamais. Vous-même, parlez lentement sans utiliser des mots compliqués. Ne lui demandez jamais de se répéter, il vous appartient de reformuler ce qu’il dit.

Répondre à cet article